Alternative Libérale et l’Allocation Universelle de Liberté

Nous poursuivons avec Sebmusset (je ne peux que vous conseiller fortement son nouvel opus « les endettés » !), notre tour du PPF (paysage politique français) sur le thème du Dividende Universel, conséquence de la Théorie Relative de la Monnaie.

 Sebmusset dans son cockpit.
L’homme est chroniqueur, écrivain, cinéaste, producteur, bloggueur, vidéaste, monteur, informaticien, et tout ceci sans prise de drogue !

Déjà Franck Margain du PCD nous avait exposé son point de vue très détaillé sur le sujet, c’est aujourd’hui le tour de Louis-Marie Bachelot le nouveau président d’Alternative Libérale, qui le nomme « allocation universelle de liberté ». On le voit des approches idéologiques très différentes convergent vers la même solution !

Première partie


Deuxième partie :

Il est très intéressant de constater cette convergence selon des points de vue très différents, parce que c’est l’application même du Principe de Relativité économique tel que décrit dans la TRM : « Seul l’individu est légitime pour estimer de son point de vue ce qui est valeur ou pas », ce qui implique la symétrie de la monnaie et le Dividende Universel comme base fondamentale de tout système économique respectant la liberté individuelle autant que le lien commun.

Qui aura compris la TRM sera toutefois circonspect sur l’aspect « Dividende Universel différent selon l’âge et les zones géographiques » tel que le décrit Louis-Marie Bachelot. Notamment le prétexte du pouvoir d’achat différent ne tient pas, la TRM nous explique que c’est PARCE QUE la monnaie injectée ici ou là à telle ou telle époque est différente que les prix diffèrent, et non pas l’inverse. La position inverse revient à créer des effets de résonances spatio-temporelles, par croyance en des valeurs absolues.

www.creationmonetaire.info – Creative Common 3.0
Print Friendly

Commentaire

Alternative Libérale et l’Allocation Universelle de Liberté — 2 commentaires

  1. Cette idée de disparité régionale et de mise en concurrence des personnes me gêne assez. C’est assez antinomique comme concept car on peut considérer qu’une région pauvre récupérera bien moins sur l’impôt le dividende versé à la population, et risque donc de bloquer les activités de ces régions si la seule solution de financement se fait justement sur la région.

    Secondo, la mise en concurrence socialement des personnes est pour moi une perspective effrayante, certes on obtient peut-être le meilleurs des individus lorsqu’on les met en concurrence, mais il s’agit pour moi d’une forme de tyrannie du semblable, et ce n’est pas une société dans laquelle je serai heureux de vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*