Les fruits inconcevables

En ce temps là dans le pays aux dix-mille vergers immuables, on enseignait de génération en génération la nature des fruits inconcevables. Cet enseignement débuta lorsque le zartog Sofr-Aï-Sr – c’est-à-dire « le docteur, troisième représentant mâle de la cent unième génération de la lignée des Sofr » connaissant les données archéologiques et historiques, ayant compris et réalisé la nature des vergers immuables et des fruits inconcevables, réunissait l’auditoire des gestionnaires de vergers nouveaux entrants et poursuivait ainsi que suit.

Sofr : « Il reste toujours des vergers aux crises cycliques, car les gestionnaires de ces vergers s’attachent à leurs traditions. Parce que depuis 5000 ans ou plus encore, leurs prédécesseurs procédaient par cette même cause d’une plantation qui génère des crises cycliques, et qu’ils attribuent à ces crises des causes ésotériques de toute nature. Méconnaissant la cause, ils estiment qu’il convient de suivre toujours les traditions. Et bien que les dix-mille vergers immuables sont libres de crises ils n’en démordent pas à cause de leur incompréhension de la cause de l’immuabilité. »

Fruits (wikimedia)

Fruits (wikimedia)

Auditoire : « Zartog Sofr-Aï-Sr, ne devrions-nous pas leur retirer la gestion de ces vergers et ainsi nous aurions onze-mille vergers immuables dans le pays au lieu des dix-milles ? »

Sofr : « C’est là qu’il faut réaliser que la compréhension ne s’impose pas, et que la compréhension des causes permettant l’immuabilité ne s’impose pas non-plus. Car de fait, est-ce que historiquement la découverte du principe d’immuabilité et sa réalisation dans les premiers vergers immuables a empêché dix mille vergers de passer en immuabilité, sans imposer quoi que ce soit ? »

Auditoire : « En effet Zartog ! Ceux qui parmi les gestionnaires ont parfaitement compris l’immuabilité n’ont pas eu à suivre une voie qu’ils ne comprenaient pas, mais ont librement délaissé 5000 ans ou plus de concepts ancestraux pour adopter les concepts causes des vergers immuables. Ainsi vous démontrez que le passage des vergers aux crises cycliques aux vergers immuables s’effectue sans aucune imposition ! ».

Sofr : « Maintenant comprenez ceci : l’immuabilité n’est-elle pas inconcevable pour ceux qui gèrent les vergers cycliques ? »

Auditoire : « Oui, celui qui conçoit l’immuabilité a forcément abandonné les concepts ancestraux, de sorte que ne peuvent être attachés aux causes des crises cycliques que ceux pour qui l’immuabilité est inconcevable ».

Sofr : « Maintenant, qu’en est-il au sein du pays aux dix-mille vergers immuables ? N’est-il pas dans les vergers, ou en dehors des verger des arbres qui produisent des fruits inattendus ? Des fruits inconnus, des fruits de forme nouvelle, des fruits aux goûts changeants, des fruits découverts dans la racine des arbres, après la mort des arbres, des fruits n’étant ni sur l’arbre, ni dans l’arbre, ni pendant la vie des arbres ni après la mort des arbres, mais dépendant de l’existence de ces arbres ? »

Auditoire : « Oui, en effet, des fruits inconcevables existent bel et bien, dont la cause dépend des arbres des vergers, ou des arbres en dehors des vergers, qui sont, soit le fruit direct de ces arbres pendant leur vie, ou après leur vie, ou encore le fruit dépendant de ces arbres, pendant leur vie ou après leur vie, sous des formes, des goûts, des apparences inconcevables au moment où nous parlons. C’est vrai parce que nous voyons dans les années passées la découverte de tels fruits inattendus pour les hommes du passé »

Sofr : « Alors donc qu’en pensez-vous ? Faut-il s’assurer de la base nutritive des arbres pendant leur vie, uniquement pour les arbres des vergers immuables ? »

Auditoire : « Pour tous les arbres ! Sinon nous perdrions tout le bénéfice des fruits inconcevables, tout comme l’ignorance de l’immuabilité prive les vergers aux crises cycliques de récoltes immuables… ».

Sofr : « Mais encore, la base nutritive de tous ces arbres est-elle la même ? Faut-il que le gestionnaire du verger donne une base nutritive déterminée à chaque arbre selon ce qu’il croit être la base nutritive de l’arbre ?! »

Auditoire : « Oh ! Zartog Sofr-Aï-Sr c’est remarquable ! Oui ! La base nutritive elle-même est inconcevable ! Car sur la base que les gestionnaires leur assure, augmentée de la base inconcevable fournie par leur environnement, ce sont les arbres eux-mêmes qui choisissent ce dont ils ont besoin et rejettent ce dont ils n’ont pas besoin et pas le gestionnaire ! Et c’est grâce à cela que les arbres vont produire selon leur individualité ici ou là ces fruits inconcevables que l’on ne peut déterminer sur la base du concevable ! ».

Sofr : « Faites alors non-pas comme la tradition vous l’aura appris, mais selon l’entendement que vous aurez réalisé vous-mêmes ».

Ainsi se conclut l’enseignement du Zartog Sofr-Aï-Sr qui vécut 80 ans à la fin de la première période de 400 ans du pays des dix-mille vergers immuables.

Pour les 400 périodes de 400 ans qui suivirent le premier enseignement du Zartog Sofr-Aï-Sr, cet enseignement fut transmis de génération en génération, et les fruits, par leur qualité, leur variété de forme, de goût et de nature ne cessèrent d’enchanter les hommes qui vivaient là, et de développer la renommée du pays des dix-mille vergers immuables sur tout le continent.

Note : le zartog Sofr-Aï-Sr est le héros de l’extraordinaire nouvelle de Jules Verne «L’éternel Adam».

Print Friendly, PDF & Email

Commentaire

Les fruits inconcevables — 4 commentaires

  1. Ping : Bitcoin valeur libre, monnaie non-libre | Création Monétaire

  2. Ping : Législatures 1998 – 2013 et symétrie temporelle | Création Monétaire

  3. Ping : Le coût du travail a baissé de 90% entre 2013 et 2014 | Création Monétaire

  4. Ping : Le Quantitatif et le Relatif v2 | Création Monétaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*