Questions simples calculs simples

a) Si on estime la valeur des nouveaux biens à 100 Euros, pourquoi ne pas augmenter la masse monétaire de 100 Euros et n’en faire qu’une fraction ?

Parce qu’on utilise pas une monnaie valant « toute la valeur des biens ». La monnaie ne sert qu’aux échanges. Or on échange pas tout chaque année. Prenez l’immobilier comme exemple le plus simple et le plus significatif, les échanges se font sur 10 ou 15 ans, donc la masse monétaire relative à cette valeur de biens représente environ 1/10 ou 1/15 pas plus.

La monnaie sert uniquement aux échanges. C’est d’ailleurs pour ça que quand vous avez un compte en Banque, vous avez l’impression de capitaliser en monnaie, mais en fait vous avez simplement une garantie, votre monnaie est déjà partie s’investir dans le logement social ou autre chose.

b) On augmente la masse monétaire totale de 50 euros, donc on donne 25 à chacun.
Sur les nouveaux biens créés (100 Euros), l’un peut en avoir créé 75 et l’autre seulement 25.
Pourquoi donc un partage systématique 50/50 ?

Ce qu’ils ont créé est à eux. La monnaie créée, avant qu’elle commence à être échangée, est à tout le monde, c’est un contrat collectif.

Voyons ce cas justement avec les 50 euros de dividende versés uniquement pour simplifier:

Si A a créé un bien valant 25 et B le bien valant 75.

B achète le bien de A, se retrouve en monnaie avec 25, et A avec 75.

Ensuite A achète le bien de B pour 75 et se retrouve donc avec zéro, alors que B a 100.

Bilan: B a 125 en capital total (bien + monnaie) et A a un capital total de 75 (uniquement le bien acheté).

Avant l’échange la différence entre A et B est bien de 50 euros en faveur de B, et après les échanges c’est la même chose.

La monnaie n’est pas la valeur, mais la mesure concrète de la valeur, c’est une mesure et un moyen pour quantifier les échanges. CQFD

www.creationmonetaire.info – Creative Common 3.0
Print Friendly

Le contrat monétaire

La monnaie n’a pas d’existence valable sans le contrat d’adhésion implicite des citoyens de la zone monétaire à une valeur quantifiée d’échanges de biens, et n’a aucune valeur par elle même hors ce contrat (qui voudrait d’un papier avec marqué 1000 marqué dessus créé dans son coin par n’importe qui ?).

Dès lors la création de monnaie n’est pas autre chose qu’un contrat collectif d’adhésion à une quantification des échanges, et n’a AUCUNE autre légitimité à être distribuée autrement qu’à chacun des contractants en parts égales, ce qui revient à ce que chacun signe le contrat implicitement (j’accepte la distribution de la monnaie créée, donc j’accepte le contrat).

Sans cette distribution le contrat est non avenu, et le faire respecter revient à exercer un rapport de force et à nier la liberté de l’individu à échanger des biens selon son choix.

www.creationmonetaire.info – Creative Common 3.0
Print Friendly

Dividende Monétaire

Afin d’avoir un nom qui représente exactement ce dont il s’agit. Puisque la croissance de la masse monétaire, en rapport avec les biens produits, est aussi une croissance de valeur, il convient de donner un nom plus approprié au dividende social : le dividende monétaire.

Dividende monétaire : mécanisme d’ajustement démocratique entre la création nécessaire de monnaie en rapport avec la croissance de la valeur des biens et services.

J’appelle le total de la valorisation des biens et services : TBS
J’appelle la masse monétaire réelle (hors crédits) : M0
J’appelle le Dividende Monétaire : DM
J’appelle l’année en cours : A
J’appelle le nombre total de citoyens de la zone monétaire : N
J’appelle R le rapport constant entre M0 et TBS : R = M0 / TBS, R est inférieur à 1

Ainsi chaque citoyen, associé monétaire, reçoit chaque année un total de monnaie créée de :

DM (A+1) = [R*TBS(A+1) – MO(A)] / N

Ou dit autrement puisque MO(A) = R*TBS(A)

DM (A+1) = R/N [TBS(A+1) – TBS(A)]

D’où le Théorème
« Le dividende monétaire est proportionnel à la croissance des biens et services, et inversement proportionnel au nombre de citoyens de la zone monétaire »

Application numérique :

En zone Euro une masse monétaire de 3 000 milliards d’euros pour 300 millions d’habitant donnerait pour une croissance de 3% un dividende monétaire de 300 euros.

En faisant ainsi, chaque année la masse monétaire réelle, dont la croissance est justement équilibrée entre tous les citoyens par ce moyen, s’ajuste à la création de valeur (biens et services).

Par ailleurs un crédit total ajustable, d’au maximum 100% de la masse monétaire réelle intérêts compris doit être mis en place. On ne saurait prêter plus que la masse monétaire réelle. Si les prêts s’avèrent être investis dans des projets non monétisables, la croissance ne sera pas là, il faudra alors réduire la part de crédit allouables, afin que cette dette prenne le temps d’être renflouée par une croissance saine en évitant la construction de pyramides de dettes.

www.creationmonetaire.info – Creative Common 3.0
Print Friendly