Comment y arriver ?

Je lis parmis les réactionnaires et les tenants du système en place : « Si vous divisez par 11 les capacités de prêts des banques, ne vous étonnez pas ensuite que les prêts alloués soient divisés par 11 (donc 90% des transactions en moins dans les domaines immobiliers, automobiles, équipements, investissements pour les entreprises). Moins de crédits d’investissements et de consommation. Donc moins d’activité … donc moins de travail …. donc ….. « .


Si vous pensez ainsi n’avez pas compris le principe du dividende monétaire et de la création POSITIVE de monnaie.

Si actuellement nous sommes à 11 de masse monétaire (1 base permanente pour 10 bases temporaires ou dette, la marée qui monte et descend créant les cycles pénibles pour tous sauf pour les Banquiers – tu parles à 5% ou 10% d’intérêts qu’est ce que je me goinfre, tant pis pour les poissons lors des marées basses !), pour arriver à un niveau correct il suffit de verser régulièrement et de façon mesurée pour éviter tout excès ou chamboulement un dividende monétaire de 4,5 fois la base réelle actuelle, par exemple sur 5 ans, et de ramener le crédit allouable par les banques progressivement aussi de 11 x à 1 x (100%).

Nous arrivons au final à la même masse monétaire (5,5x la base en argent permanent, et 100% de crédits allouables, soit donc 5,5 + 100% = 11 fois la base permanente initiale), avec 50% d’argent permanent, et 50% de crédit/dette.

A noter donc qu’au lieu de prêter pour 91% de la monnaie disponible, les Banques ne préteraient plus que 50% au maximum, soit une baisse de seulement 41/91 = 45% de leur quantité totale de prêts allouables. Ce n’est pas non plus la fin du monde pour les Banquiers.

Pour que cette masse monétaire totale évolue en fonction des besoins il suffit par la suite que les Banques Centrales appliquent le dividende monétaire.

Par ailleurs si on se rend compte par la suite qu’il y a un peu trop de monnaie, il suffit pour en abaisser la masse d’arrêter le crédit quelque temps, le temps que cet argent soit remboursé, on peut ainsi jouer sur 50% de la base monétaire totale à la baisse ce qui est largement suffisant.

C’est sûr ça va pas plaire aux Banquiers, mais à tous les citoyens plus.

www.creationmonetaire.info – Creative Common 3.0
Print Friendly, PDF & Email

Pyramides et Monnaie

Une pyramide de dettes globale.
La monnaie, marée fluctuante.

La pyramide est un concept popularisé par Ponzi et repris avec succès par le désormais célèbre Madoff. De quoi s’agit-il ? On commence par le sommet, on promet à quelques 10 privilégiés un rendement de 10% sur leur placement. Puis on trouve 100 priviligiés à qui l’on promet la même chose. Ces 100 là vont en fait payer les 10% des premiers au moins pendant 10 ans. Puis on en trouve 1000 pour payer les 100 etc…

Un concept vieux comme le monde
un Pharaon, des architectes, puis des ouvriers, et c’est parti

Sauf qu’au bout d’un temps fini, les clients, ou l’argent étant eux mêmes finis, on ne peut plus aller plus loin. Alors les derniers entrés (la base), ne voyant pas venir leurs 10% commencent à sortir. Puis les précédents entrés etc… Et tout s’effondre, chacun se rendant compte au final que son capital a fondu. Evidemment si l’arnaque à 10% tient 10 ans, les premiers n’ont rien perdu dans l’absolu et ont même bien gagné (10 ans à 10% font plus que doubler la mise !) ils sont les grands gagnants. L’idéal étant même de sortir de la pyramide avant qu’elle ne s’effondre, juste au bon moment (les chaloupes du Titanic).

Ceci étant dit nous allons démontrer maintenant que toute l’économie est constituée globalement comme une pyramide monétaire. Cette constatation qui devrait être évidente pour chacun d’entre nous a été dénoncée par le seul prix Nobel d’Economie Français Maurice Allais.

Comment cela marche-t-il ? Dans le système monétaire en place, on peut pas créer véritablement de l’argent. On met de l’argent dans l’économie en créant une dette. C’est la seule façon permise pour les Banques Centrales et les Banques de créer de la monnaie, par la Loi, votée par les politiques, élus par … les citoyens (donc nous mêmes, inutile de trouver un coupable particulier nous sommes tous coupables de ne pas nous intéresser à la monnaie qui est au coeur de nos vies).

Concrètement, quelle que soit la zone monétaire la Banque Centrale peut prêter aux Banques, qui elles même peuvent prêter aux Etats. Mais un prêt n’est pas une création. L’argent d’un prêt une fois remboursé n’existe plus. Donc quand ont met 1 milliard d’euros dans l’économie par de la dette, disons sur 10 ans, chaque année il faut rembourser 100 millions d’euros, donc la masse monétaire de prêt particulier … diminue dès qu’elle est créée !

En clair si c’est l’Etat qui « investit » avec de la dette, c’est un marché de dupe, puisqu’il va nous imposer – durement – par la suite pour la rembourser. C’est comme quand vous prenez un crédit vous mêmes, vous créez de l’argent temporaire qu’il faut rembourser. L’argent dette crée une marée haute, la pyramide est terminée, et quand il commence à être remboursé, c’est la marée basse, la pyramide s’effondre.

A marée basse les bateaux attendent le reflux, les petits poissons pris au piège meurent.

Evidemment tant que globalement, à l’échelle de la société, on crée de nouveaux prêts pour compenser ça ne se voit pas ! (Cf la pyramide de Ponzi ou de Madoff vous comprenez ? Tant qu’il y a de nouveaux clients, on ne voit rien venir !).

Or quand l’économie arrête de s’endetter, qu’il n’y a plus de nouveaux prêts que se passe-t-il ? Le total de la monnaie dans le marché commence à diminuer, ce qui pose des problèmes aux vendeurs… Parce qu’il sont alors obligés de commencer à vendre moins cher, et de moins en moins cher au fur et à mesure que la marée basse avance ! Ca ne vous rappelle rien les fameux « cycles économiques » ? Les chutes cycliques des Bourses sont dûs à ces marées basse de monnaie – dette. Essayez de vendre votre appartement en ce moment.

Alors les Etats proposent la « relance » par… la dette évidemment ! Il n’y aucun autre moyen de créer de l’argent dans ce système. On recrée la marée haute, et c’est reparti pour un tour.

Ouf, marée haute tout va bien pour les bateaux !

Si on s’en tenait là, dans une économie stable, sans croissance, mis à part le problème de savoir pourquoi payer autant d’intérêts à des Banquiers, (les tenants de la Pyramide fluctuante éternelle par la Loi), pour utiliser de la monnaie-dette, il n’y aurait pas de problème. Pour 10 000 milliards d’euros d’argent dette en zone euro, créé par les dettes des Etats et des Entreprises, les Banquiers, quoi qu’il arrive sont rétribués à 3%, 5%, voire 10%… Qui n’ont pas du tout envie que ça s’arrête. Vous imaginez si on avait que de l’argent permanent (un peu comme l’or, mais l’or a le désavantage de ne pouvoir être créé), de quoi vivraient nos pauvres Banquiers ? Il faudrait qu’ils proposent des biens et des services à valeur ajoutée…

De plus nous sommes dans une économie de croissance. Nous les hommes, travaillons, et créons de plus en plus de biens et de services, qui valent évidemment beaucoup plus relativement à ce qui se faisait hier, ce qui est tout à fait normal. Que se passe-t-il donc ? Même avec l’argent dette, qui est limité en totalité, même à marée haute, on augmente plus la masse monétaire totale, qui doit refluer à ce moment là (marée basse).

Le total de la masse monétaire permanente et de l’argent dette maximum autorisé, est à peu près fixe (Hors phénomènes de faillites qui effacent des dettes), alors que la valorisation des biens et des services augmente globalement.

Arrivé à un terme, l’écart entre la somme des richesses totale (qui n’a potentiellement aucune limite, la création de valeur immatérielle n’est pas limitée par les ressouces), et la masse monétaire totale de marée haute, devient si criant que la déflation cyclique de marée basse, habituellement peu grave, prend des proportions gigantesques (la Grande Marée Basse, la Marée d’Equinoxe, l’assèchement post déluge, les Grandes Dépressions).

Vous me direz : et à marée basse quand il n’y a plus de dettes, il n’y a plus d’argent du tout ? Si bien sûr il reste de l’argent, ce qu’on peut appeler l’argent permanent (à marée basse il reste toujours de l’eau !). En europe la règle monétaire contrôlée par la BCE fait qu’on ne peut créer « que » Quatre fois plus d’argent dette qu’il y a d’argent permanent. Aux USA, le ratio frôle ou dépasse les 10 (tiens donc pourquoi donc la crise serait-elle partie premièrement de là bas ?).

Or un effet de levier ne se décrète pas ! On ne peut pas garantir une monnaie qui n’existe pas, pas plus qu’un levier physique ne transfère plus de 100% de l’énergie fournie !


Effet de levier de la dette : 4x ou 10x plus de dette que d’argent permanent…

Alors que tout levier physique ne transfère pas plus que 100% de l’énergie fournie comme il se doit…

On ne crée donc aucun argent permanent « réel » seulement une marée montante et descendante d’argent dette avec un effet de levier > 1 ! Alors que de l’autre côté, du côté des biens et services on crée une richesse toujours plus grande grâce au travail de tous. Et l’argent total doit représenter au maximum 100% des échanges de biens et services !

La création monétaire réelle par le Dividende Monétaire, avec un ratio de crédit limité à 100% du total éliminerait les cycles que nous connaissons depuis … 1929 tout en participant à la répartition de la croissance globale. Mais obligerait tout le système Bancaire à revoir de fond en comble son modèle économique, à créer des biens et des services, et à investir plutôt, que prêter, beaucoup plus qu’avec l’argent dette qui serait fortement limité.

C’est à nous citoyens, de voter pour cela. Personne d’autre ne le fera, la création monétaire nous appartient à tous, c’est le contrat social monétaire.

www.creationmonetaire.info – Creative Common 3.0
Print Friendly, PDF & Email

Questions simples calculs simples

a) Si on estime la valeur des nouveaux biens à 100 Euros, pourquoi ne pas augmenter la masse monétaire de 100 Euros et n’en faire qu’une fraction ?

Parce qu’on utilise pas une monnaie valant « toute la valeur des biens ». La monnaie ne sert qu’aux échanges. Or on échange pas tout chaque année. Prenez l’immobilier comme exemple le plus simple et le plus significatif, les échanges se font sur 10 ou 15 ans, donc la masse monétaire relative à cette valeur de biens représente environ 1/10 ou 1/15 pas plus.

La monnaie sert uniquement aux échanges. C’est d’ailleurs pour ça que quand vous avez un compte en Banque, vous avez l’impression de capitaliser en monnaie, mais en fait vous avez simplement une garantie, votre monnaie est déjà partie s’investir dans le logement social ou autre chose.

b) On augmente la masse monétaire totale de 50 euros, donc on donne 25 à chacun.
Sur les nouveaux biens créés (100 Euros), l’un peut en avoir créé 75 et l’autre seulement 25.
Pourquoi donc un partage systématique 50/50 ?

Ce qu’ils ont créé est à eux. La monnaie créée, avant qu’elle commence à être échangée, est à tout le monde, c’est un contrat collectif.

Voyons ce cas justement avec les 50 euros de dividende versés uniquement pour simplifier:

Si A a créé un bien valant 25 et B le bien valant 75.

B achète le bien de A, se retrouve en monnaie avec 25, et A avec 75.

Ensuite A achète le bien de B pour 75 et se retrouve donc avec zéro, alors que B a 100.

Bilan: B a 125 en capital total (bien + monnaie) et A a un capital total de 75 (uniquement le bien acheté).

Avant l’échange la différence entre A et B est bien de 50 euros en faveur de B, et après les échanges c’est la même chose.

La monnaie n’est pas la valeur, mais la mesure concrète de la valeur, c’est une mesure et un moyen pour quantifier les échanges. CQFD

www.creationmonetaire.info – Creative Common 3.0
Print Friendly, PDF & Email