A propos

Création Monétaire est publié sous licence libre cc-by-sa www.creationmonetaire.info. Sauf mention explicite les fichiers, graphes, images, médias, sont sous la même licence.

cc-by-sa www.creationmonetaire.info

cc-by-sa www.creationmonetaire.info

Le logo cc-by-sa www.creationmonetaire.info a été réalisé avec des graphiques cc-0 OpenClipArt.

Print Friendly

Commentaire

A propos — 23 commentaires

  1. bonjour

    je ne sais pas si Stephane lira directement ce message. J’ai connu stephane comme beaucoup de gens par les echecs et ses commentaires sur diagonaletv qui sont vraiment bons, il essaye de mettre sa connaissance du jeu a notre portée, et c’est egalement un tres bon commentateur. Ayant enuite suivit sa progression j’ai pris connaissance de la TRM et je suis devenu assez fan de son travail, autant sur le jeu d’echecs que sur l’economie.
    J’aimerai prendre contact avec stephane pour pouvoir assister a des conferences, etre tenu au courant de ses activités, et pourquoi pas fournir une aide si besoin.
    Donc Stephane si tu lis ceci , saches deja que j’apprecie bcp ton travail et te felicite pour le diffuser si largement, et que j’aimerai aussi pouvoir apporter une contribution si besoin. Encore bravo pour tes actions!

    Frederic

    • Bonjour Frédéric, merci pour ton message. Pour suivre les actualités, annonces de conférences ou autres, le mieux sans doute est de suivre le flux RSS du blog, avec par exemple Brief pour Firefox qui est à mon avis le meilleur lecteur de flux. Pour contribuer, il y a plein de façons de le faire, comme produire son propre blog et fournir ses propres analyses, compiler et analyser les résultats du jeu « la corbeille » (chercher « corbeille » sur le moteur de recherche du site), et bien évidemment rejoindre le projet uCoin pour y participer à quelque niveau que ce soit (développeur, testeur, graphiste, traducteur, organisateur des rencontres etc…). Beaucoup de possibilités donc, et en choisir une seule, suffit ! 😉

  2. Bonsoir mr Laborde, j’ai découvert vos excellents travaux il y a deux ans. J’avais apprécié votre approche de la TRM car vous adaptez les travaux d’Auguste Comte et la théorie de la relativité aux champs monétaire. Je vous suis avec bienveillance. Songez vous remplacé la célérité qui n’est constante qu’à une certaine échelle par une algorithmique pour tenir compte de la pulsation de l’électromagnétisme? C’est assez abstrait je le reconnais. BRAVO pour ce que vous faites et votre manière d’être « Stallmanienne »

    • « Songez vous remplacé la célérité qui n’est constante qu’à une certaine échelle par une algorithmique pour tenir compte de la pulsation de l’électromagnétisme ? »

      La célérité de quoi, serait « constante » par rapport à « quoi » ? Que signifie « échelle » ? Quel est le sens de « pulsation de l’électromagnétisme » concernant la TRM ?

  3. Bonjour Ğaluel, j’ai une question qui me semble importante, et peut-être qu’elle a déjà été traitée par la TRM.
    On parle de creation monétaire pouir les humains. Aujourd’hui les sociétés se sont attribuées des « personnes morales ». Auront-elles le droit de créer de la monnaie comme les humains? Et leur durée de vie est virtuellement infinie, quid de la limite des 80 ans?
    Que devient l’économie inter-entreprise? Revient-elle à l’économie entre individus?
    Merci pour ta réponse.

  4. Bonjour,

    Nous sommes une équipe de producteurs artistiques et travaillons sur un projet de réseau d’échange basé sur une monnaie virtuelle. A ce sujet, nous cherchons à joindre Stéphane Laborde pour le faire intervenir sur notre prochaine (et première) rencontre fin novembre. Pourriez-vous me mettre en contact avec lui svp ?

    Merci beaucoup !
    MM

  5. Bonjour Galuel,
    Nous nous sommes rencontrés au 7ème RML à Laval, où j’ai notamment joué à Geconomicus. Je m’apprête à le faire jouer sous peu. Le site http://geconomicus.glibre.org/rules.html explique bien les règles.
    J’ai juste quelques questions de détails pour jouer le banquier :
    1. Le banquier met sur son compte uniquement les intérêts. Comment procède-t-on quand il saisit des valeurs à la place des unités monétaires ? Car il est sensé détruire le principal du prêt
    2. Quels sont les autres petites règles à appliquer en tant que banquier ?

    Merci d’avance
    Franck

  6. Bonjour M. Laborde,

    Merci pour remarquable travail sur la TRM, c’est tout simplement génial !

    Votre livre (version 2.718) est très clair, merci beaucoup pour cet ouvrage en libre accès.

    Je me permets de vous écrire car j’ai deux questions/remarques :

    1) Concernant votre formule page 35, M(t + ev) = ev * M(t), il me semble, d’après la pyramide des âges en France, qu’il faudrait plutôt poser : M(t + ev/0,9) = ev/0,9 * M(t).
    En effet, si ev = 82 ans, ev/0,9 = 91, et quand on regarde la population française âgée de plus de 91 ans on retrouve bien Pop*0,9/ev, soit environ 710 000 personnes (avec 65 millions pour Pop).

    Du coup, si on pose M(t + ev/0,9) = ev/0,9 * M(t), on trouve c = (ev/0,9)^(0,9/ev) – 1 = 5,1%.

    2) Je ne comprends pas pourquoi vous posez comme limite supérieure pour c une valeur (9,22%) qui correspond à la formule suivante : M(t + ev/2) = ev/2 * M(t).

    Il me semble, qu’au bout d’un temps correspondant à une demie espérance de vie, la masse monétaire M(t + ev/2) devrait plutôt être égale à 2 * M(t), c’est-à-dire M(t + ev/2) = 2 * M(t).
    En effet, de la même façon que la part de la population âgée de plus de ev/0,9 ans correspond à Pop*0,9/ev, la part de la population âgée de plus de ev/2 ans correspond plutôt à Pop/2 qu’à Pop*2/ev.

    Finalement, je ne comprends pas d’où vient cette formule M(t + ev/2) = ev/2 * M(t). Surtout que si on prend le c = 9,48 % correspondant (toujours avec ev = 82), on arrive à une masse monétaire M(t + ev) = 1680 * M(t) dans ce cas-là, ce qui me paraît énorme et bien loin du M(t + ev) = ev * M(t) précédent.

    Du coup, j’ai cherché M(t) = M(0)*e^(c*t) solution d’à la fois M(t + ev) = ev * M(t) et M(t + ev/2) = 2 * M(t). Il se trouve qu’il existe une unique solution M(t) = M(0)*(ev-3)*(ev-2)^(2*t/ev) mais elle correspond à c = 2/ev*ln(ev-2) = 35% et ev = 4 ! Pas très sympa cette espérance de vie à 4 ans…

    Je vous remercie d’avance pour votre éclairage sur ces deux points et vous remercie encore pour cette magnifique TRM que nous allons, avec Duniter, tester et promouvoir avec plaisir !

    Bien cordialement,
    Clément

    • Bonjour Clément. Le mieux pour approfondir ce point du calcul de « c » et mieux comprendre quelles sont les valeurs acceptables et ainsi mieux saisir le sens de ce calcul, c’est de compter en relatif et de comprendre ce que signifie « atteindre la moyenne pendant la vie, pas après la mort ». Pour cela je vous invite à approfondir trois pistes :

      Si vous les travaillez en profondeur vous comprendrez par vous mêmes quelles valeurs sont acceptables et lesquelles ne le sont pas.

        • Ca y est je crois que je commence à comprendre cette histoire de symétrie à ev/2. Cela viendrait-il de la définition de l’espérance de vie ?

          C’est-à-dire que ev/2 serait défini comme l’âge séparant la population en deux : la moitié de la population étant moins agée que ev/2 et l’autre moitié de la population étant plus agée que ev/2. Autrement dit, ev/2 serait-il l’âge médian de la population ?

          Concernant la remarque numéro 1, elle me semble toujours justifiée étant donnée la répartition de la population française (disponible en libre accès sur le site de l’ined https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/france/structure-population/population-sexe-ages/). Qu’en pensez-vous ?

          Bien à vous,
          Clément

          • « Qu’en pensez-vous ? »

            Rien. la valeur de « x » n’est pas une donnée théorique, mais expérimentale.

            Par ailleurs c = ln(x/2)/(x/2) varie peu avec « x » :

            – x = 91 : 8,4% / an
            – x = 80 : 9,2% / an

            Ce qui change peu de choses. Par ailleurs même la formulation peut changer et on peut trouver d’autres expressions qui fonctionnent tout aussi bien comme celle-ci.

            Il y a donc plutôt une « fenêtre de valeurs acceptables », qu’une valeur unique. L’intérêt de cette remarque est qu’une bonne valeur, bien centrée, restera donc bonne même avec des variations à la hausse ou à la baisse de « x ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*